Organisation de seminaire: Copenhague

by admin | 1st mars 2016

copenhague

La semaine dernière, nous avons eu la chance d’organiser un séminaire pour 40 personnes à Copenhague. Cette ville remporte toujours un franc succès dans le cadre d’un séminaire. Il faut dire que Copenhague a tout pour séduire. Historique, petite et ramassée, elle s’explore sans peine à pied ou à vélo. Ses habitants sont polis et courtois. Ville d’eau et de lumière, c’est en outre l’une des capitales les plus attrayantes au monde et l’une des plus agréables à vivre.

« Conte de fées » est l’expression qui vient tout de suite à l’esprit. Pourtant, Copenhague n’a pas connu que des jours enchantés. Aux confins de la côte orientale de la plus importante île danoise, Sjaelland, elle commande l’Øresund, mince détroit, face aux côtes de son ancienne rivale et ennemie de longue date, la Suède. La cité fut d’ailleurs longtemps fortifiée. Elle fut d’abord une forteresse fondée vers l’an 1000 sur l’îlot de Slotsholmen par Sven Ier « Barbe fourchue », roi de Danemark, de Norvège et, à la toute fin de sa vie, d’Angleterre. En 1167, date officielle de la fondation de la ville, l’évêque Absalon fit construire un château à Slotsholmen. Choisie par Erik de Poméranie comme résidence royale, la cité qui se développa autour de ce palais devint capitale en 1443. Appelée à l’origine Hafnae (port), elle fut rebaptisée Køpmannaehafn (port des marchands), signe de son développement. Son nom danois actuel est København.

Slotsholmen demeure le centre du pouvoir et est désormais dominée par le château de Christiansborg de style néobaroque reconstruit au début du XXe siècle et siège du Parlement. Les palais royaux ponctuent le paysage de Copenhague. Le palais d’Amalienborg, qui se compose de quatre édifices néoclassiques bordant une cour octogonale, est devenu la résidence d’hiver de la famille royale en 1794, après l’incendie de Christiansborg. Le château de Rosenborg, du XVIIe siècle, dressé dans l’un des immenses parcs de la ville, est ouvert au public, qui peut y admirer le Trésor royal, dont les bijoux de la Couronne.

Les musées ne sont pas en reste. En face de ce château s’ouvre le Jardin botanique et, juste à côté, dans un autre parc, le Statens MuSeum for Kunst (musée national Beaux—Arts), où sont représentés les plus grands artistes européens, de Mantegna à Matisse en passant par Cranach, Titien, Picasso, Braque.. . Un ancien palais, le palais du Prince (XVIIIe siècle), abrite désormais le Nationalmuseet (Musée national) qui retrace l’histoire de la ville depuis l’ère Viking à travers des objets et des reconstitutions. Non loin de là, la Glyptothèque Ny Carlsberg, musée d’art construit à dessein en 1906, rassemble les collections de Carl Jacobsen, fils du fondateur de la brasserie Carlsberg; elle accueille nombre de toiles d’impressionnistes et de postimpressionnistes français, ainsi que des sculptures de Rodin.

En flânant dans l’immense quartier commerçant piétonnier de Strøget, on prend conscience de la place qu’y tient le design. Copenhague est la ville de Arne Jacobsen, créateur de la fameuse chaise Œuf (1958) et de nombreux bâtiments publics dans les années 1950 et 1960. le Musée du design danois témoigne de l’éclosion de ce talent. La ville compte plusieurs édifices hors du commun, comme l’Opéra (2004), ultramoderne, situé à Holmen, l’une des îles de l’archipel de Christianshavn, à l’est du centre-ville.

La liberté de pensée danoise s’exprime dans la « ville libre de Christiania », communauté autonome autoproclamée installée depuis 1971 dans la zone militaire de Christianshavn. Très controversée (la drogue y circule), elle est restée indépendante, pratiquant un style de vie proche de celui des hippies des années 1960, selon ses lois propres (générant pour certains un indéniable progrès social). L’autre facette de Christianshavn, bæucoup plus glamour, est le restaurant Noma, désigné par trois fois meilleur restaurant au monde et qui a élu domicile dans un entrepôt réhabilité du XIXe siècle. Il est l’un des rares établissements étoilés et a propulsé Copenhague dans la cour des grandes cités gastronomiques.

C’est surtout dans les jardins Tivoli que Copenhague goûte aux plaisirs de la vie. Ce parc d’attractions du XIXe siècle rassemble manèges anciens et modernes, théâtres, salles de concert et restaurants. La nuit, il est illuminé par des milliers d’ampoules et des lanternes chinoises, dans une atmosphère digne… d’un conte de fées. Ce n’est pas la ville d’Andersen pour rien. Contactez-nous si vous souhaitez organiser votre séminaire à Copenhague.

12383453_910080945778218_1035757700_n 12747625_1755823854647410_2090276248_n 12750233_911581565625792_640416202_n 12797798_979508315449788_294064067_n 12798095_791139924349345_543683250_n

Comments are closed.