Seminaire en train dans les Rocheuses

by admin | 14th octobre 2016

organisation de séminaire

Tout récemment, un client passionné par les chemins de fer nous a demandé de lui organiser un séminaire au fil des rails. Plutôt que de lui proposer un trop évident Orient-Express ou un trop classique Transsibérien, nous lui avons proposé un voyage tout aussi exceptionnel mais moins connu : la traversée des Rocheuses en train. Un voyage qui a fait le bonheur de tous les participants, tant il regorge de charme, de découvertes et de paysages sublimes, alternées d’activités à chaque étape. Cela nous a donné envie de vous présenter aujourd’hui cet itinéraire ferroviaire unique.

Pour la petite histoire, en 1885, la Canadian Pacific Railway achève la première ligne ferroviaire transcontinentale. Elle longe d’immenses plaines, des montagnes, des fleuves et des lacs et relie la côte atlantique à la côte pacifique. C’est à l’époque la plus longue voie ferrée jamais construite. Son édification a nécessité l’intervention de 12000 hommes, 5000 chevaux, 300 équipes voyageant en chiens de traîneau, 4 années de travail et 50 millions de dollars. Si la ligne a été fermée au grand public en 1990, des trains de luxe proposent aujourd’hui des circuits suivant son tracé historique. Plusieurs itinéraires existent, mais celui que nous vous présentons ici emprunte l’incontournable route de Kicking Herse, qui porte le nom d’un passage vertigineux perché sur les hauteurs des Rocheuses. Le voyage dure deux jours. Les trains, les « Rocky Mountaineers », comportent des wagons entièrement vitrés qui permettent d’admirer des paysages de toute beauté. Les observateurs peuvent y apercevoir les animaux sauvages peuplant ces montagnes : ours, élans, rennes, mouflons…

Le voyage commence à Calgary, une ville agricole endormie avant l’arrivée des rails en 1883, devenue depuis la première métropole de la province d’Alberta. Le festival de rodéo Calgary Stampedel, qui a lieu au mois de juillet, était à l’origine une petite foire agricole remontant aux années 1880. Le train quitte bientôt les grandes prairies pour entamer l’ascension des Rocheuses. Le premier arrêt a lieu à Banff, plus haute ville du Canada et porte d’entrée du spectaculaire parc national du même nom. Le voyage se poursuit le long de la rivière Bow, bordée d’une forêt dense surplombée par d’impressionnants pitons rocheux. Le train passe dans la gare en bois restaurée de Louise Lake, qui servit de décor pour une scène du Docteur Jivago, de David Lean (1965). Quelques minutes plus tard, on atteint le Continental Divide (ou Great Divide), une crête montagneuse culminant à 1625 mètres; elle marque la ligne de partage des eaux entre le Pacifique à l’ouest et l’Atlantique à l’est.

dLes tunnels en spirale qui viennent après constituent une curiosité : ils furent construits en 1907 pour remplacer les tronçons trop abrupts. Le train entre dans le premier tunnel pour y réaliser une boucle complète et ressortir dans la direction opposée, manoeuvre qu’il répète dans le second tunnel. Il croise ensuite la rivière Kicking Horse : la vue est l’une des plus belles de ce voyage en pleine nature. À l’heure du déjeuner, le train approche du pont de Stony Creek, un ouvrage en fer arqué de 200 mètres de long construit en 1929 pour remplacer une structure de bois. Vous ne manquerez sans doute pas de photographier cet endroit, réellement spectaculaire.

Au cours de l’après-midi, le tram arrive à Craigellachie où le dernier crampon de la Canadian Pacific Railway a été enfoncé le 7 novembre 1885, réunissant ainsi enfin les côtes atlantique et pacifique du Canada. On aperçoit bientôt les berges du lac Shuswap, où les balbuzards sont rois, puis celles du lac Mara, où le paysage change pour devenir plus apaisé, moins saisissant. Le jour se couche sur la ville de Kamloops, où les deux branches de la rivière Thompson viennent confluer.

Le lendemain, le train repart le long du fleuve pour rejoindre les bords abrupts et escarpés du lac Kamloops, survolé par des pygargues à tête blanche. Le Black Canyon — surnommé ainsi à cause de ses ondulantes falaises de lave noire — apparaît ensuite, avant de laisser la place au Thompson River Canyon. À Avalanche Valley, les rails frôlent d’un côté les rochers et de l’autre la rivière, dans une atmosphère de danger et d’excitation. La rivière Thompson vient se jeter dans le fleuve Fraser, écumant dans l’étroite gorge de Hell’s Gate, que franchit un pont pédestre. Au cours de la dernière partie du voyage, le train redescend vers des zones agricoles de plus en plus plates, avant d’atteindre Vancouver. Situé au cœur de la ville, le terminus est un bel atelier ferroviaire des années 1950 reconverti en gare. Prenez le temps de découvrir la cité, qui allie tous les plaisirs d’une importante métropole — grands musées, galeries d’art, gastronomie, vie nocturne animée — à cet environnement naturel exceptionnel que forme la péninsule Burrard, sur laquelle elle est construite, au bord du Pacifique. En arrière-plan se dressent les Rocheuses, dont la silhouette domine les buildings du centre-ville. Si vous souhaitez poursuivre votre escapade en pleine nature, vous pourrez vous laisser tenter par la découverte des immenses parcs et de la côte vierge, à deux pas de Vancouver. Une excellente manière de finir en beauté ce voyage au coeur de l’immensité.

rm rm2 rm3 rm4

Comments are closed.